Advanced search

RP New York >



Latest news

  • Débat public du Conseil de sécurité sur le terrorisme et la criminalité transfrontalière Statement 19/12/2014

    Intervention de S.E. M. Jean Asselborn, Ministre des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg :

    "Monsieur le Président, [...]

    Nous assistons à une évolution profonde de la menace terroriste. En témoigne le fait que des groupes terroristes cherchent à contrôler des pans entiers de territoires. Ce fut le cas au nord du Mali avec des groupes tels que Al-Qaida au Maghreb islamique. C’est encore en partie le cas en Somalie avec Al-Shabaab. Et c’est certainement le cas en Irak et en Syrie avec Daech. Dans tous les cas, il y a des liens forts entre ces groupes terroristes et des éléments de la criminalité organisée, que ce soit au niveau du financement, de l’équipement ou de l’utilisation de réseaux de trafics illicites, notamment les trafics de ressources naturelles, que ce soient les minerais, le charbon de bois ou le pétrole.

    Ce qui doit nous préoccuper au plus haut point, c’est le fait que le crime organisé transfrontalier accroît l’espace stratégique dont les terroristes disposent pour opérer. Criminels et terroristes peuvent avoir des motivations différentes, mais ils se retrouvent largement dans leur méthode, leur façon d’opérer. Criminels et terroristes prospèrent là où l’Etat est faible ou absent, ce qui est le cas dans de nombreuses zones frontalières, comme par exemple au Sahel. Criminels et terroristes profitent de l’instabilité et des conflits. Ils profitent de l’économie de la guerre et ont donc un intérêt particulier à prolonger les conflits. Criminels et terroristes cherchent à déstabiliser les autorités étatiques établies, au niveau central et au niveau décentralisé, non seulement par la violence, mais également par la corruption des institutions de l’Etat, en particulier des institutions sécuritaires et de l’appareil judiciaire. Au niveau opérationnel, sur le terrain, les criminels et les terroristes visent de plus en plus directement les Missions mandatées par le Conseil de sécurité, qui ne sont pas toujours outillées pour contrer cette menace.

    Dans certaines régions, le terrorisme a été en mesure de se renforcer en s’alliant à des réseaux criminels, qui prospèrent grâce à l’argent généré par la traite des personnes, les trafics d’armes, de drogues et de ressources naturelles. Cette menace transnationale exige une réponse coordonnée aux niveaux international, régional et national, une meilleure coopération et une assistance accrue aux Etats confrontés à cette double menace. [...]"

  • Fight against terrorism and cross-border crime: adoption of resolution 2195 (2014) Statement 19/12/2014

    The Security Council unanimously adopted resolution 2195 (2014) on the fight against terrorism and cross-border crime.

    Text of the adopted resolution.

  • Séance d’information du Conseil de sécurité sur les activités du Comité 1737 (Iran) Statement 18/12/2014

    Intervention de M. Olivier Maes, Représentant permanent adjoint du Luxembourg :

    "Monsieur le Président,

    Je souhaite, comme d’autres avant moi, remercier le Représentant permanent de l’Australie, l’Ambassadeur Gary Quinlan, pour son exposé. Je le félicite, ainsi que toute son équipe, pour l’excellent travail réalisé au cours de ces deux années à la Présidence du Comité créé par la résolution 1737. J’exprime également l’appréciation de ma délégation au Groupe d’experts indépendants créé par la résolution 1929 pour son précieux concours aux travaux du Comité des sanctions.

    Bien que le dernier cycle de pourparlers entre l’Iran et le Groupe des E3+3 n’ait pas débouché le 24 novembre dernier sur le résultat espéré, nous voulons croire qu’une avancée décisive sur la voie de la résolution du dossier nucléaire iranien reste possible. La nouvelle prorogation, cette fois-ci de sept mois, du Plan d’action conjoint offre l’occasion de porter à son terme l’effort de rapprochement considérable entrepris, de part et d’autre, depuis plus d’un an. La reprise des négociations, hier, à Genève, entre l’Iran et le Groupe des E3+3, constitue à cet égard un développement encourageant.

    Mais alors que les négociations reprennent, et en l’absence d’un accord portant sur un règlement global du dossier nucléaire iranien, les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité continuent de s’appliquer dans leur intégralité. Les obligations qui incombent aux Etats membres en vertu de ces résolutions demeurent, elles aussi, pleinement en vigueur. [...]"

  • Situation in the Central African Republic: Statement by the President of the Security Council (S/PRST/2014/28) Statement 18/12/2014

    The Security Council takes note of the final communiqué of the High-level meeting on the Central African Republic (CAR) held under the auspices of the Secretary-General in New York on 26 September  2014. The Security Council also takes note of the conclusions of the 6th meeting of the International Contact Group on the CAR held in Bangui on 11 November 2014, which requests the International Mediator in the CAR crisis, President Denis Sassou N’Guesso of the Republic of Congo, in line with his authority under the Transitional National Charter, to extend the transition by six months, up to August 2015, given that the election date of February 2015 was no longer technically feasible.

    The Security Council recalls that the stabilization of the security situation is first and foremost the responsibility of the CAR stakeholders and reiterates its appeal to all parties and stakeholders, particularly the leaders of the ex-Seleka and anti-Balaka groups, as well as all other armed groups, to immediately and permanently lay down their arms, to release all children from their ranks, and to embark upon the path of dialogue as the only viable means towards achieving lasting reconciliation and peace, and an essential condition for the successful implementation of the mandate of the UN Multidimensional Integrated Stabilization Mission in the CAR (MINUSCA).

    The Security Council reiterates its call upon the Transitional Authorities to take concrete action, with the full, effective and equal participation of women, towards an inclusive and comprehensive political dialogue and reconciliation process at the local and national levels; preparation for the elections; the fight against impunity; formulation and implementation of a disarmament, demobilization, reintegration and repatriation strategy, including children formerly associated with armed forces and groups; and the rebuilding of effective State institutions, including through security sector reform. [...]

  • Débat du Conseil de sécurité sur la situation en Afghanistan Statement 18/12/2014

    Intervention de S. E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

    "Monsieur le Président, [...]

    L’Afghanistan a parcouru un long chemin depuis 2001, un chemin parsemé d’épreuves et de sacrifices, mais également d’avancées remarquables. En témoignent les progrès réalisés en matière d’éducation et de santé. En témoignent aussi la tenue régulière d’élections et le premier transfert démocratique du pouvoir. La communauté internationale doit reconnaître les progrès qui ont été faits et le crédit qui en revient aux Afghans. Pour autant, elle ne doit pas perdre de vue les défis qui subsistent.

    Aujourd’hui, il est absolument nécessaire que la classe dirigeante afghane se mette pleinement au service de sa population et qu’elle s’accorde rapidement sur la formation d’un Gouvernement d’union nationale reflétant la diversité du pays. A défaut, l’effet déstabilisateur de l’incertitude politique renforcera le pouvoir de ceux-là mêmes qui cherchent à ramener l’Afghanistan à ces vieux démons.

    Pour relever les défis immenses qui l’attendent, le Gouvernement d’union nationale, une fois formé, aura besoin de l’appui constant de la communauté internationale. Celle-ci est disposée à fournir cet appui. A la conférence de Londres, le 4 décembre dernier, les donateurs ont réitéré leur engagement à cheminer aux côtés du peuple afghan. Sur le plan sécuritaire, la Mission de l’OTAN « Soutien résolu » - saluée par l’adoption à l’unanimité de la résolution 2189 de ce Conseil - fournira conseil, formation et assistance aux forces de sécurité afghanes. L’appui de la communauté internationale continuera aussi de se traduire par l’action de terrain de la MANUA. J’y reviendrai dans un instant. [...]"

  • Security Council Press Statement on Yemen Statement 17/12/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the horrific 16 December bomb attacks in Radaa, Yemen, which caused a number of deaths and casualties.  Those killed in the senseless attacks included at least 15 children traveling on a school bus.  In this regard, the members of the Security Council reiterated their condemnation of violations and abuses committed against children by terrorists.

    The members of the Security Council expressed their deep sympathy and condolences to the families and friends of those killed and injured by these heinous acts, as well as to the people and the Government of Yemen.

    The members of the Security Council condemned the growing number of attacks carried out or sponsored by Al-Qaida in the Arabian Peninsula. [...]

  • Syria: adoption of Security Council resolution 2191 (2014) Statement 17/12/2014

    The Security Council adopted resolution 2191 (2014) on the humanitarian situation in Syria unanimously.

    Text of the resolution as adopted.

  • Security Council Press Statement on Terrorist Attack in Peshawar Statement 16/12/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the depraved and savage terrorist attack against children that occurred at a school in Peshawar, Pakistan on 16 December 2014, causing the death of over 140 innocent civilians including 132 children and countless injuries, for which Tehrik-e-Taliban has claimed responsibility. They expressed their deep sympathy and condolences to the victims of this heinous act of terrorism and to their families, and to the people and Government of Islamic Republic of Pakistan. The members of the Security Council also wished a speedy recovery to those injured.

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms this targeting of schoolchildren and a school by terrorists. They reiterated their condemnation of violations and abuses committed against children by terrorists and welcomed the ongoing efforts of the people and officials of Pakistan to protect schools and schoolchildren.

    The members of the Security Council reaffirmed that terrorism in all its forms and manifestations constitutes one of the most serious threats to international peace and security, and that any acts of terrorism are criminal and unjustifiable, regardless of their motivation, wherever, whenever and by whomsoever committed. [...]

  • Débat public du Conseil de sécurité sur la Coopération entre l'ONU et l'Union africaine Statement 16/12/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

    "[...] Monsieur le Président,

    Le Conseil de sécurité reconnaît à juste titre le rôle et l’apport des organisations régionales et sous-régionales pour prévenir, gérer et régler les conflits, conformément au Chapitre VIII de la Charte des Nations Unies. Le renforcement de la coopération entre l’ONU et ces organisations est non seulement souhaitable, mais aussi nécessaire.

    C’est sur le continent africain que la coopération entre l’ONU et les organisations régionales et sous-régionales est la plus développée. La coopération entre les Nations Unies et l’Union africaine s’étend à de nombreux domaines. Je relèverai un domaine qui nous tient particulièrement à cœur, celui de la protection des enfants affectés par les conflits armés. Le Conseil de sécurité a mis en relief la contribution précieuse que les organisations régionales et sous-régionales ont à apporter dans ce secteur, et s’est félicité notamment de la signature, le 17 septembre 2013, de la déclaration conjointe du Bureau de la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés et du Département Paix et Sécurité de la Commission de l’Union africaine. Je me réjouis à cet égard de l’échange de vues qui s’est tenu le 6 juin dernier au niveau du Groupe de travail du Conseil de sécurité sur les enfants et les conflits armés avec le Commissaire de l’Union africaine à la paix et à la sécurité, l’Ambassadeur Smaïl Chergui. Il importera de poursuivre ces efforts en vue d’institutionnaliser des mécanismes de protection de l’enfance dans toutes les activités de l’Union africaine dans le domaine de la paix et de la sécurité.

    Les exemples du Mali et de la République centrafricaine montrent l’impact opérationnel du partenariat entre l’ONU et l’Union africaine. Dans ces deux pays, des Missions sous conduite africaine se sont transformées en 2013 et en 2014 respectivement en Opérations sous casques bleus, la MINUSMA et la MINUSCA. Dans le cadre de ce partenariat, nous estimons que l’interaction entre les membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et l’ensemble des membres du Conseil de sécurité, permanents et non-permanents, gagnerait à être renforcée, à New York comme à Addis Abeba. Cela permettrait d’améliorer l’échange d’informations à un stade précoce et de contribuer ainsi à une prise de décision mieux informée de part et d’autre. [...]"

  • Statement by the President of the Security Council on the UN-AU Partnership Statement 16/12/2014

    The Security Council recalls its previous relevant resolutions and statements of its President which underscore the importance of developing effective partnerships between the United Nations and regional and subregional organizations, in accordance with the Charter of the United Nations and the relevant statutes of the regional and subregional organizations.

    The Security Council recalls the purposes and principles of the Charter of the United Nations, and reaffirms its primary responsibility under the Charter for the maintenance of international peace and security.

    The Security Council welcomes the briefing of the United Nations Secretary-General, Ban Ki-moon and that of the African Union High Representative for Mali and the Sahel (MISAHEL), Former President Pierre Buyoya. [...]

  • Statement by the President of the Security Council on South Sudan Statement 15/12/2014

    The Security Council recalls the great hope and optimism felt by the South Sudanese people at the establishment of the Republic of South Sudan in July 2011 and the prospect of the end of decades of civil war.  On the one-year mark of the outbreak of the current conflict it expresses its profound disappointment that their aspirations have not been met, and that instead their leaders’ actions have led to yet more fighting and division.

    The Security Council recalls with deep alarm the escalation of the internal Sudan People’s Liberation Movement (SPLM) political dispute that erupted into conflict on December 15, 2013 and the subsequent violence caused by the country’s political and military leaders that has plunged this young nation into a man-made political, security and humanitarian catastrophe over this past year.

    The Security Council underscores its strong condemnation of the serious human rights violations and abuses that have caused the death of tens of thousands of civilians, the displacement of nearly 2 million people in just 12 months, and the attacks upon, and deaths of, UN peacekeepers and humanitarian personnel.  In this regard, they place full responsibility for these tragic events with South Sudan’s leaders, those in government as well as with the opposition, and look to President Salva Kiir Mayardit and former Vice President Riek Machar Teny to make the necessary compromises for peace. [...]

  • Security Council Press Statement on the attack against the Israeli Embassy in Athens Statement 13/12/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the terrorist attack against the Embassy of Israel in Athens, Greece, on 12 December, involving dozens of shots fired at the Embassy building, and underlined the need to bring its perpetrators to justice. Council members commended the response to the incident by the Government of Greece, including its unequivocal condemnation and immediate commencement of an investigation.

    The members of the Security Council reaffirmed that terrorism, in all its forms and manifestations, constitutes one of the most serious threats to peace and security and that any acts of terrorism are criminal and unjustifiable, regardless of their motivations, whenever and by whomsoever committed.

    The members of the Security Council reaffirmed the need to combat by all means, in accordance with the Charter of the United Nations and all obligations under international law, in particular international human rights, refugee and humanitarian law, threats to international peace and security caused by terrorist acts.

  • Security Council Press Statement on the death of Palestinian Minister Ziad Abu Ein Statement 12/12/2012

    The Members of the Security Council expressed their sorrow at the death of Palestinian Minister Ziad Abu Ein, which occurred after a demonstration in the Palestinian village of Turmus Ayya.

    The Members of the Security Council expressed their condolences to the family of Minister Abu Ein, the Palestinian people and the Palestinian Authority.

    The Members of the Security Council encouraged the parties to ensure that a swift and transparent investigation is undertaken. Council members took note of the willingness of the Government of Israel to conduct a joint investigation into the incident.

    The Members of the Security Council called on all sides to exercise maximum restraint and to refrain from steps that could further destabilize the situation.

  • 13ème Assemblée des Etats parties au Statut de Rome de la Cour pénale internationale - Débat général Statement 12/12/2014

    Intervention de S.E. M. Carlo Krieger, Directeur des Affaires juridiques, au Ministère des Affaires étrangères et européennes du Luxembourg :

    "[...] Monsieur le Président,

    Comme par le passé, je saisis l’occasion pendant ce débat général pour vous assurer du soutien inconditionnel du Luxembourg à la Cour pénale internationale et à votre Présidence. Le Luxembourg est un partisan convaincu de la Cour pénale internationale. Nous pensons que la justice et la paix sont complémentaires, que la lutte pour l’État de droit et contre l’impunité est d’une importance fondamentale. En 2014, le Luxembourg a exercé le rôle de point focal du groupe des « Amis de la CPI » à New York pour les questions relatives au Conseil de sécurité. 

    Ma délégation concrétise ce soutien à travers plusieurs domaines prioritaires qui nous semblent constituer les plus grands défis pour la Cour pour le futur: 

    - protéger l’indépendance de la Cour contre toute ingérence externe, 

    - œuvrer pour sa reconnaissance universelle, et

    - contribuer financièrement à son bon fonctionnement.

    Nous appelons chaque Etat partie au Statut de Rome à protéger et préserver l’indépendance de la Cour. L’Assemblée des Etats parties doit respecter les limites du mandat qui lui est imparti. Nous restons préoccupés par les cas de non-coopération avec la CPI, qui sapent le travail de la Cour. Nous apportons notre plein soutien aux conclusions et recommandations contenues dans le rapport du Bureau sur la non-coopération, auquel notre délégation a contribué. Nous rendons également hommage aux efforts sans relâche de la Présidente sortante, Madame Intelmann, visant à faire face au problème de la non-coopération. Notre engagement politique en faveur de la Cour doit en effet se traduire par une coopération sans faille, y compris en ce qui concerne l’exécution des mandats d’arrêt lancés par la Cour. Nous ne saurions nous soustraire à l’obligation juridique, politique et morale que constitue la coopération loyale avec les organes de la CPI. [...]"

  • Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur la Cour pénale internationale - Darfour (Soudan) Statement 12/12/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

    "Monsieur le Président, 

    Je remercie le Procureur de la Cour pénale internationale, Madame Fatou Bensouda, pour la présentation de son 20e rapport sur la situation au Darfour et les activités judiciaires en cours.

    L’année prochaine marquera le dixième anniversaire de la saisine de la Cour pénale internationale par le Conseil de sécurité. Il n’y a cependant pas matière à célébrer. En effet, les mandats d’arrêt délivrés par la CPI contre cinq individus inculpés de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et, pour l’un d’entre eux, de génocide, n’ont toujours pas été exécutés. C’est au Gouvernement du Soudan qu’il incombe au premier chef de se conformer à la résolution 1593 et de mettre pleinement en œuvre les mandats d’arrêt. Il continue de s’y refuser, et il a omis de prendre des mesures pour lutter de façon efficace contre l’impunité au niveau national. C’est inacceptable.

    C’est également avec une vive préoccupation que nous prenons note des cas de non-coopération avec la Cour, et du fait que le Président du Soudan, Omar Al Bashir, continue d’effectuer des voyages dans la région. Nous espérons que le Conseil de sécurité saura répondre aux communications formelles que la Cour lui a adressées pour signaler ces cas de non-coopération. Le Conseil de sécurité doit assurer le suivi effectif des cas qu’il a déférés à la CPI. C’est une question de crédibilité et d’efficacité. [...]"

More news...


Register to receive our news by e-mail