Advanced search

RP New York >



Latest news

  • Séance d’information publique du Conseil de sécurité : Questions générales relatives aux sanctions Statement 25/11/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg: 

    "Monsieur le Président,

    Je vous suis reconnaissante d’avoir pris l’initiative d’organiser cette séance d’information. Le Luxembourg partage l’importance accordée par l’Australie à la bonne mise en œuvre des sanctions imposées par le Conseil de sécurité. Cela est d’autant plus important que le nombre des régimes de sanctions n’a jamais été aussi élevé. Nous espérons ainsi qu’une résolution qui nous permettra de renforcer et de mieux coordonner la capacité du système des Nations Unies à appliquer les régimes de sanctions, saura être adoptée dans les meilleurs délais. Je tiens également à remercier le Secrétaire général adjoint aux Affaires politiques, Monsieur Jeffrey Feltman, et le Secrétaire général de l’Organisation internationale de police criminelle (INTERPOL), Monsieur Jürgen Stock, pour leurs présentations très instructives et leurs recommandations concrètes.

    Le Luxembourg a participé activement aux travaux de l’examen de haut niveau des sanctions imposées par l’ONU, dont nous attendons avec l’intérêt le document final. Nous remercions en particulier l’Australie d’avoir présidé le groupe de travail relatif à l’intégration et à la coordination au sein du système des Nations Unies.

    En tant que Présidente du Comité des sanctions concernant la République populaire démocratique de Corée, je souscris entièrement à l’objectif d’une meilleure coordination au sein du Secrétariat et d’une meilleure sensibilisation des Etats membres. Il ne s’agit pas de toucher à la primauté du Conseil de sécurité ou d’imposer un carcan aux Comités des sanctions, mais de rationnaliser leur travail, de rendre le soutien aux Comités plus efficace et d’améliorer la mise en œuvre des mesures imposées par le Conseil. Les efforts déployés à cet égard par le Département des Affaires politiques, en particulier la Division des Affaires du Conseil de sécurité (SCAD), sont louables. Pour avancer, nous soutenons l’idée d’établir une unité de politique et de coordination au sein du SCAD. Cette unité serait chargée d’identifier les bonnes pratiques et de faciliter leur échange entre les différents Comités des sanctions, de gérer le fichier des experts et la liste consolidée des sanctions, d’identifier et de mobiliser au sein du système des Nations Unies l’expertise requise pour la mise en œuvre efficace des sanctions ; cette unité pourrait aussi soutenir les efforts du Conseil de sécurité et de ses organes subsidiaires visant à donner des orientations pratiques aux Etats membres, à renforcer leurs capacités et à leur fournir de l’assistance technique en matière de mise en œuvre des sanctions.[...]"

  • Security Council Press Statement on Al Shabaab Attacks in Kenya Statement 24/11/2014

    The members of the Security Council strongly condemn Saturday’s attack in Mandera, Kenya for which Al Shabaab has claimed responsibility and which has caused the deaths of numerous innocent people. The members of the Security Council extended their condolences to the families of the victims and to the people and Government of the Republic of Kenya.

    The members of the Security Council reiterated their solidarity with the people and Government of Kenya in their fight against terrorism. The members of the Security Council paid tribute in particular to the role of Kenya in the African Union Mission in Somalia (AMISOM) as part of the fight against Al Shabaab.

    The members of the Security Council reaffirmed that terrorism in all its forms and manifestations constitutes one of the most serious threats to international peace and security, and that any acts of terrorism are criminal and unjustifiable regardless of their motivation, wherever and whenever and by whomsoever committed. [...]

  • Security Council Press Statement on Afghanistan Statement 24/11/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the suicide attack on 23 November 2014 in Paktika, Afghanistan, which caused many deaths and injuries to civilians, including many children.

    The members of the Security Council expressed their deep sympathy and condolences to the families of the victims, and to the people and Government of Afghanistan. They wished the injured a speedy recovery.

    The members of the Security Council reiterated their serious concern at the threats posed by the Taliban, Al-Qaida and other terrorist and extremist groups, and illegal armed groups to the local population, national security forces, international military, and international assistance efforts in Afghanistan, particularly in light of recent terrorist attacks elsewhere in the country.

    The members of the Security Council underlined the need to bring perpetrators, organizers, financiers and sponsors of these reprehensible acts of terrorism to justice, and urged all States, in accordance with their obligations under international law and relevant Security Council resolutions, to cooperate actively with the Afghan authorities in this regard.[...]

  • Séance d’information du Conseil de sécurité sur la non-prolifération des ADM : Exposé du Président du Comité créé par la résolution 1540... Statement 24/11/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

    "Monsieur le Président,

    A l’instar des orateurs qui m’ont précédée, je voudrais remercier le Représentant permanent de la République de Corée, l’Ambassadeur Oh Joon, pour son exposé et pour l’engagement avec lequel il a présidé le Comité créé par la résolution 1540 avec son équipe au cours des deux années passées. Même si elle n’a pas pu se faire cette fois-ci lors de la même séance du Conseil, cette présentation vient utilement compléter les exposés faits la semaine dernière par les Présidents du Comité des sanctions contre Al-Qaida et du Comité contre le terrorisme. La coopération, la coordination et les synergies entre le Comité 1540, le Comité 1267/1989 et le Comité 1373 doivent continuer d’être promues, afin de renforcer la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive.

    En effet, la prolifération des armes nucléaires, chimiques et biologiques ainsi que de leurs vecteurs continue de constituer une menace pour la paix et la sécurité internationales. Le risque de voir des terroristes ou d’autres acteurs non étatiques acquérir, développer, trafiquer ou utiliser de telles armes reste élevé. Il est par conséquent du devoir de tous les Etats membres de s’allier pour minimiser ce risque. A cet égard, la soumission de rapports nationaux de mise en œuvre de la résolution 1540 et leur actualisation régulière constituent des mesures de confiance importantes dans la lutte contre toutes les catégories d’armes de destruction massive. En effet, la résolution 1540 joue un rôle clef dans la prévention du risque de prolifération; mais elle ne sera efficace que si tous les Etats membres sont déterminés à en appliquer les dispositions. Les visites de pays et la participation des membres du Comité 1540 et de son Groupe d’experts à des événements, tels que l’atelier régional qui s’est tenu le mois dernier en République de Corée, sont essentielles pour sensibiliser les Etats membres et promouvoir la mise en œuvre universelle de la résolution 1540. Le Luxembourg se réjouit du fait qu’à l’heure actuelle, il ne reste plus que vingt Etats membres qui n’ont pas encore soumis de rapport national. Il convient de poursuivre le travail de sensibilisation afin de réduire encore davantage ce nombre. [...]"

  • Débat du Conseil de sécurité - Paix et sécurité en Afrique : Ebola Statement 21/11/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

    "Monsieur le Président, 

    Nous sommes reconnaissants à notre collègue des Etats-Unis Samantha Power d’avoir demandé la tenue de de ce débat. Nous espérons que l’engagement continu du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale des Nations Unies donnera l’impulsion requise aux efforts en cours pour vaincre l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest.

    Je remercie l’Envoyé spécial David Nabarro et le Représentant spécial Anthony Banbury pour leurs présentations et pour leurs efforts inlassables. Je remercie tout particulièrement Thomas Mauget, le Chef de Délégation Guinée de la Croix-Rouge française, pour le témoignage du terrain qu’il nous a livré de Conakry. Au nom du Luxembourg, je voudrais rendre hommage à l’engagement héroïque des milliers de volontaires, nationaux et internationaux, qui, au péril de leur vie, sont en train d’endiguer l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. Je tiens de même à exprimer mes sincères condoléances aux autorités et à nos collègues du Rwanda pour la disparition le 17 novembre de Marcel Rudasingwa, responsable de la gestion de la crise d’Ebola en République de Guinée dans le cadre de la Mission des Nations Unies pour l’action d’urgence contre Ebola, ainsi qu'à la MINUAUCE.

    Même si le dernier rapport de situation de l’OMS permet d’entrevoir une lueur d’espoir, le moment n’est pas venu de baisser la garde. Au contraire, l’effort de la communauté internationale doit se poursuivre et s’intensifier. [...]"

    Déclaration présidentielle adoptée lors du débat (S/PRST/2014/24)

  • Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur les fonctions de police dans le maintien de la paix et la consolidation de la paix Statement 20/11/2014

    "Madame la Présidente,

    Le Luxembourg remercie l’Australie pour l’organisation de cette première séance du Conseil de sécurité dédiée au rôle de la police des Nations Unies dans le maintien et la consolidation de la paix. Le fait que vous présidiez personnellement cette séance, Madame la Ministre, témoigne de l’engagement de votre pays en la matière. Je remercie également le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, ainsi que les Commissaires Greg Hinds, Fred Yiga et Luis Miguel Carrilho de leurs présentations. En adoptant ce matin la résolution 2185, la première résolution consacrée aux fonctions de police, le Conseil de sécurité a complété de façon utile et pratique le cadre pour les opérations de maintien de la paix, la consolidation de la paix et la réforme du secteur de la sécurité. Le Luxembourg s’est de ce fait porté coauteur de la résolution initiée par l’Australie.

    Comme l’a rappelé le document de fond (S/2014/788) que vous avez préparé pour cette séance, les 20 dernières années ont été marquées par un essor sans précédent des composantes de police dans les Missions des Nations Unies. Ces Missions sont de plus en plus complexes et diverses. Elles agissent également dans des situations de plus en plus difficiles, qui peuvent rapidement se détériorer. Les exposés que nous venons d’entendre des chefs des composantes de police au Libéria, au Soudan du Sud et en République centrafricaine l’ont bien montré. Il est donc légitime que le Conseil de sécurité prête une attention accrue aux composantes de police. [...]"

  • Security Council Press Statement on terrorist attack in Jerusalem Statement 19/11/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the despicable terrorist attack in a synagogue in Jerusalem on November 18, resulting in the murder of four innocent civilians worshipping at the synagogue and a police officer as well as the injury of many more.

    The members of the Security Council expressed their condolences to the families of all those who have died and sympathy to those injured and to the Israeli people.

    The members of the Security Council strongly condemned all such acts of violence, expressed concern about increased tensions, which have affected both the Israeli and Palestinian people, and urged all sides to take immediate steps to restore calm.[...]

  • Security Council Press Statement on Darfur Statement 19/11/2014

    The members of the Security Council expressed their concern at the  allegations reported in the media of mass rape in Thabit, North Darfur, on 30 and 31 October 2014. They called on the Government of Sudan to conduct a thorough investigation into these allegations. They called on the Government of Sudan to fulfil its obligation to allow, in accordance with the Agreement between the UN, the African Union and the Government of Sudan concerning the status of the African Union/United Nations Hybrid Operation in Darfur (UNAMID) and relevant UN Security Council resolutions, the full and unrestricted freedom of movement without delay throughout Darfur to UNAMID, so as to enable them to conduct a full and transparent investigation, without interference, and verify whether these incidents have occurred. They further called on the Government of Sudan to ensure accountability, if the allegations are verified.

    They noted that proper access to Thabit and its population for UNAMID is essential to conducting a full investigation into the allegations in order to determine their veracity and, if verified, to ensure accountability.

  • Open Debate of the Security Council on International cooperation on combating terrorism and violent extremism Statement 19/11/2014

    Statement by H.E. Mr. Jean Asselborn, Minister of Foreign and European Affairs:

    "Madam President,

    [...] The threat from terrorist groups like the Islamic State of Iraq and the Levant, the Al-Nusrah Front or Al-Qaeda and its affiliates is a source of growing concern. The terrorist phenomenon is not new. But the problem posed by these groups ravaging Iraq and Syria differs, by its nature and by its scale, from the threats the international community has faced in the past. The Monitoring Team, whom I thank for its report, makes a good analysis: what differentiates the threat emanating from these groups is the nexus between funding and control over large parts of territory and populations, as well as the support provided by more than 15,000 foreign fighters, from more than 80 countries, who have joined the sinister cause of these terrorist groups. The Islamic State, the Al-Nusrah Front and their affiliated groups pose an imminent threat to the population living in the territories they have seized. They impose their administration by terror. Their extreme ideology exacerbates sectarian tensions and contributes to further destabilising the region.

    The atrocities committed by these terrorist groups are shocking all of us. Let me only mention the most recent example, the barbaric assassination by ISIL of the U.S. humanitarian aid worker Abdul- Rahman (Peter) Kassig, who was captured while he was helping the Syrian people. To counter this threat, we must act together. Our response must be commensurate to the challenge. At the level of the Security Council, the adoption of resolutions 2170 and 2178 has helped strengthening the international counter-terrorism framework to stem the threat posed by ISIL and the Al-Nusrah Front, and the flow of foreign fighters. We must now work together to give full effect to the measures contained in these resolutions. In this regard, I wish to thank the Counter-Terrorism Committee and its Executive Directorate for their preliminary analysis and their actions in support of the implementation of resolution 2178. [...]"

    Statement by the President of the Security Council (S/PRST/2014/23)

  • Security Council Press Statement on ISIL killings Statement 18/11/2014

    The members of the Security Council strongly condemned the heinous and cowardly murders of U.S. humanitarian aid worker Abdul-Rahman Kassig, also known as Peter Kassig, and at least 15 Syrian captives by the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL). The members of the Security Council expressed their deep sympathy and condolences to the families of the victims and to the peoples of the United States and Syria.  These crimes once again demonstrate the brutality of ISIL, which is responsible for thousands of abuses against the Syrian and Iraqi people. 

    Regarding Mr. Kassig, the members of the Security Council noted that his murder is a tragic reminder of the increasing dangers humanitarian personnel face every day in Syria.  The members of the Security Council recalled United Nations Security Council resolution 2175 (2014) and their demand that all parties involved in an armed conflict comply fully with the obligations applicable to them under international humanitarian law, including to respect and protect all humanitarian personnel.  The members of the Security Council also recalled their condemnation of all forms of violence and intimidation to which those participating in humanitarian operations are increasingly exposed.[...]

  • Security Council Press Statement on Burkina Faso Statement 18/11/2014

    The members of the Security Council welcomed the signing on 16 November 2014 of a Charter for the Transition in Burkina Faso, which provides the legal framework for a civilian-led transition leading to democratic elections in November 2015. They also welcomed the appointment of Mr. Michel Kafando as the civilian President of the Transition. They called on all Burkinabe stakeholders to facilitate the commencement of the work of the Transitional organs without delay. They called upon the Burkinabe security forces to respect the civilian control and oversight of the transition.

    The members of the Security Council commended all Burkinabe stakeholders for their exemplary collective engagement and sense of responsibility throughout the national dialogue process. They welcomed the inclusive and civilian-led nature of this process directed towards a return to constitutional rule and democratic transition. They called on all stakeholders in Burkina Faso to continue to collaborate peacefully during the transition period towards the holding of free, fair, inclusive and credible elections.[...]

  • Security Council Press Statement on Libya Statement 13/11/2014

    The members of the Security Council condemned in the strongest terms the terrorist bomb attacks against the embassies of Egypt and the United Arab Emirates in Tripoli, Libya, on 13 November.

    The members of the Security Council condemned all acts of violence against diplomatic premises, which endanger innocent lives and seriously impede the normal work of diplomatic representatives and officials.

    The members of the Security Council reaffirmed that terrorism, in all its forms and manifestations, constitutes one of the most serious threats to peace and security and that any acts of terrorism are criminal and unjustifiable, regardless of their motivations, whenever and by whomsoever committed. [...]

  • Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur l’Ukraine Statement 12/11/2014

    Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg: 

    "Monsieur le Président,

    Je remercie à mon tour le Sous-Secrétaire général aux Affaires politiques ad interim, Jens Anders Toyberg-Frandzen de son exposé. Je remercie également le Chef de la Mission spéciale d’observation de l’OSCE, l’Ambassadeur Ertuğrul Apakan, et la Représentante de la Présidence en exercice de l’OSCE, l’Ambassadeur Heidi Tagliavini, à la fois pour leur disponibilité et pour l’éclairage précieux qu’ils ont apporté au Conseil sur la situation critique en Ukraine.

    Le Luxembourg soutient pleinement les efforts déployés par la Présidence en exercice suisse de l’OSCE pour trouver une solution politique à la crise, dans le plein respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous soutenons aussi la Mission spéciale d’observation de l’OSCE, qui a un rôle clef à jouer pour favoriser la désescalade des tensions, en fournissant des informations objectives sur ce qui se passe sur le terrain.

    Nous sommes très préoccupés par la grave détérioration de la situation dans l’est de l’Ukraine depuis le 2 novembre dernier, jour où les séparatistes ont tenu des élections illégales dans les régions des oblasts de Donetsk et de Louhansk qui sont sous leur contrôle. Alors que le Protocole et le Mémorandum de Minsk signés les 5 et 19 septembre derniers ont tracé la voie d’un règlement pacifique du conflit, le non-respect des dispositions clés des accords conclus à Minsk a contribué à une nouvelle escalade des tensions et à l’intensification des combats dans plusieurs régions de l’est de l’Ukraine.

    A la multiplication des violations du cessez-le-feu conclu le 5 septembre dernier s’ajoutent d’autres signes inquiétants. Nous sommes préoccupés par les nouvelles concentrations de troupes russes à proximité immédiate de la frontière ukrainienne. Nous sommes également préoccupés par les mouvements accrus de convois militaires, dans les zones contrôlées par les séparatistes, en direction des positions de l’armée ukrainienne. Comme il vient d’être rappelé, la Mission spéciale d’observation de l’OSCE a fait état ces derniers jours d’importants convois de camions militaires sans plaques d’immatriculation, transportant des troupes, mais également des armes lourdes telles que des obusiers. Un convoi de neuf chars, quatre chars T-72 et cinq chars T-64, se dirigeant vers l’Ouest a ainsi été observé par la Mission samedi dernier, le 8 novembre. Ces mouvements de troupes et d’armes lourdes s’accompagnent d’une intensification des bombardements, en particulier autour de Donetsk.[...]"

  • Débat du Conseil de sécurité sur la Bosnie-Herzégovine Statement 11/11/2014

    Intervention de M. Olivier Maes, Chargé d'affaires a.i. du Luxembourg auprès des Nations Unies:

    "Madame la Présidente,

    Je remercie à mon tour le Haut-Représentant Valentin Inzko de son exposé et surtout de son engagement de longue date au service des Bosniens. Je salue aussi la présence parmi nous de la Représentante permanente de Bosnie-Herzégovine.

    Le Luxembourg s’associe à la déclaration qui sera faite par l’Union européenne.

    Madame la Présidente,

    La situation sécuritaire est restée calme et stable pendant la période considérée dans le rapport du Haut-Représentant. Les autorités bosniennes ont été à même de préserver cet environnement de sécurité. La Force de l’Union européenne n’a pas dû intervenir pour rétablir la paix. Il s’agit ici d’une constante de longue date dont il convient de se féliciter.

    En revanche, nous regrettons que les autorités et les responsables politiques bosniens ne soient pas parvenus à faire progresser toute une série de réformes, notamment la mise en place des conditions nécessaires pour que le pays avance sur la voie de l’intégration euro-atlantique. Nous sommes également préoccupés par les discours séparatistes et de nature à semer la division qui continuent d’être tenus par plusieurs responsables politiques, en particulier ceux de la Republika Srpska.[...]"

  • Séance d’information du Conseil de sécurité : Rapport du Procureur de la CPI sur les activités de la Cour relatives à la situation en Libye Statement 11/11/2014

    Intervention de M. Olivier Maes, Chargé d’affaires a.i. du Luxembourg:

    "Monsieur le Président,

    Je remercie à mon tour le Procureur de la Cour pénale internationale, Madame Fatou Bensouda, de la présentation de son huitième rapport en application de la résolution 1970. Je lui redis tout notre soutien et notre appréciation pour le travail qu’elle accomplit avec son Bureau.

    Après 40 années de dictature, l’édification d’une nation démocratique en Libye est un processus difficile et de longue haleine. La Libye fait face à des défis considérables, en particulier au niveau de la sécurité, comme le montrent les événements récents que le Procureur vient d’évoquer. Cependant, le dialogue constructif avec la Cour se poursuit. Nous nous félicitons des mesures prises afin de mettre en œuvre le Protocole d’accord conclu entre le Bureau du Procureur et le Gouvernement libyen pour favoriser la collaboration et le partage des tâches en matière d’enquêtes et de poursuites, ainsi que la stratégie en matière d’arrestation. Nous saluons en particulier la récente réunion fructueuse qui a eu lieu à Rome entre le Bureau du Procureur et l’équipe du Procureur général de Libye sur les modalités concrètes de mise en œuvre du Protocole d’accord.[...]"

More news...


Register to receive our news by e-mail