Advanced search

RP New York > News > Débat public du Conseil de sécurité - Maintien de la paix... >

Débat public du Conseil de sécurité - Maintien de la paix et de la sécurité internationales Traite des êtres humains dans le cadre d’un conflit

Published Tuesday December 20 2016

New York, le 20 décembre 2016

Intervention de S.E. M. Christian Braun

Ambassadeur, Représentant permanent du Luxembourg

 

Monsieur le Président,

 

Je remercie l’Espagne d’avoir pris l’initiative d’organiser cet important débat public dans le cadre de sa Présidence du Conseil de sécurité. Et je salue l’adoption ce matin par le Conseil de la résolution 2331, qui a été finalisée au terme de larges consultations brillamment menées par la délégation espagnole. Cette résolution assure que ce débat ne sera pas sans suites, et que la traite des êtres humains dans le cadre des conflits restera sur l’écran radar du Conseil et de l’ensemble des Etats membres de l’ONU.

Le Luxembourg s’associe bien évidemment à l’intervention faite au nom de l’Union européenne par Madame Myria Vassiliadou, la Coordinatrice de l’UE contre la traite des personnes. Je voudrais ajouter quatre éléments.

Au niveau des Nations Unies, d’abord, il convient de renforcer le lien entre la lutte contre la traite des êtres humains et les efforts qui sont faits pour mettre un terme aux violences sexuelles et aux graves violations des droits des enfants commises en temps de conflit. La résolution 2331 le reconnaît, et nous encourageons le Conseil de sécurité et ses Comités de sanctions à mettre en œuvre les dispositions de cette résolution. Il s’agit en particulier de renforcer l’échange d’informations avec les Représentantes spéciales du Secrétaire général pour la violence sexuelle en temps de conflit et les enfants et les conflits armés, afin de pouvoir mieux sanctionner les individus impliqués dans la traite des êtres humains dans les zones de conflit.

Au niveau de l’Union européenne, mon pays s’engage contre la traite des personnes qui affecte les populations vulnérables telles que les migrants et les réfugiés. Depuis le 16 juillet 2015, nous mettons ainsi un avion de surveillance maritime à disposition de l’opération Sophia, la force navale européenne autorisée par le Conseil de sécurité, qui contribue aux efforts déployés par l’Union européenne pour démanteler le modèle économique des réseaux de passeurs et de trafiquants d’êtres humains dans lapartie sud de la Méditerranée centrale et éviter toute nouvelle perte de vies humaines en mer.

Au niveau régional, dans le cadre de notre Présidence du Comité des Ministres du Benelux en 2016, nous nous sommes efforcés de rapprocher les acteurs du terrain, y compris les ONG, en vue d’une meilleure prise en charge des victimes de la traite des êtres humains.  Ces efforts ont débouché le 2 décembre dernier sur la signature par la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg d’une déclaration confirmant la volonté de nos trois pays de renforcer la coopération entre notamment les centres d’accueil et d’assistance aux victimes de la traite des êtres humains, les autorités judiciaires, les services de police, d’immigration et d’intégration, et les services d’inspection sociale et du travail.

Enfin, au niveau national, nous sommes en train de compléter notre arsenal législatif. Un projet de loi est à l’examen au Parlement qui envisage en particulier de sanctionner le client d’une victime de la traite pour exploitation sexuelle. Et en matière d’action humanitaire, nous veillons à ce que la protection des personnes vulnérables, y compris des victimes de la traite, soit intégrée dans les programmes que nous soutenons dans les zones de conflit.

Le récit poignant des victimes de la traite des êtres humains doit nous motiver tous à faire davantage, à tous les niveaux, pour mettre un terme à ce fléau, qui se nourrit de la guerre et qui nourrit à son tour les réseaux du crime organisé et du terrorisme. Jeudi dernier, notre Ministre des Affaires étrangères et européennes Jean Asselborn a eu l’honneur d’accueillir à Luxembourg Nadia Mourad et Lamiya Aji Bachar. Ces deux femmes yézidies réduites en escalavage par Daech ont réussi à sortir de cet enfer. Aujourd’hui elles témoignent du sort auquel ont succombé trop de civils, hommes, femmes et enfants, en Syrie et en Iraq, mais aussi au Nigéria, en Somalie et en Afrique centrale. Entendons leur appel.

 

Je vous remercie.

Back