Advanced search

RP New York > News > Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur... >

Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine

Published Wednesday May 28 2014

Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine
Intervention de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg :

Monsieur le Président,

Je remercie à mon tour le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Monsieur Jeffrey Feltman, pour son intervention.

Le Luxembourg se félicite de la tenue de l’élection présidentielle du 25 mai, au cours de laquelle la volonté du peuple ukrainien s’est exprimée. Ce scrutin présidentiel s’est caractérisé par une forte participation et une volonté claire des autorités de procéder à ce qui a été une authentique élection, largement conforme aux engagements internationaux et au cours de laquelle les libertés fondamentales ont été respectées. L’élection s’est tenue dans de bonnes conditions dans la très large majorité des régions de l’Ukraine. Malgré le climat de sécurité hostile, l’élection a eu lieu dans 9 des 22 circonsciptions de la région de Donetsk et dans 2 des 12 circonscriptions de la région de Louhansk. En dépit de la situation dans l’Est et le Sud de l’Ukraine, y compris la Crimée, la participation a été globalement élevée. La Mission d’observation électorale de l’OSCE, à laquelle le Luxembourg a participé activement, a tiré un bilan initial globalement positif du déroulement de l’élection.

Le succès de cette élection revient avant tout aux citoyens ukrainiens. Leur choix a été clair : ils ont voté en faveur d’une Ukraine unie et stable jouissant de sa pleine souveraineté et de son intégrité territoriale.

 

Monsieur le Président,

Le Luxembourg condamne les actes violents qui se poursuivent depuis plusieurs semaines, en particulier dans les régions de Donetsk et Louhansk où plusieurs villes et bâtiments administratifs restent sous le contrôle de milices armées séparatistes. Nous sommes préoccupés par de nombreux cas de meurtres, de tortures, de passages à tabac, d’enlèvements – en particulier de journalistes – commis par des groupes anti-gouvernementaux bien armés et bien organisés.

Nous condamnons également dans les termes les plus forts l’enlèvement dans la région de Donetsk de quinze observateurs déployés dans le cadre de la Mission spéciale d’observation de l’OSCE. Nous saluons la remise en liberté des onze observateurs arrêtés aujourd’hui, mais nous restons préoccupés par le sort des quatre observateurs disparus depuis lundi. Ils doivent être libérés sains et saufs, sans délai et sans condition.

En ce moment crucial pour la démocratie en Ukraine, nous appelons la Russie à traduire en actes concrets ses déclarations selon lesquelles elle respectera la volonté du peuple ukrainien. Comme l’on dit les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne hier, nous attendons de la Fédération de Russie qu’elle coopère avec le nouveau Président légitimement élu, qu’elle poursuive le retrait des forces armées de la frontière ukrainienne et qu’elle use de son influence auprès des séparatistes armés pour apaiser la situation dans l’est du pays. La Russie devrait en priorité empêcher le passage de séparatistes et d’armes en Ukraine.

Monsieur le Président,

Les Ukrainiens ont donné un mandat fort au Président élu Petro Porochenko, qui doit dès à présent s’engager en vue de résoudre la crise avec les moyens de l’état de droit et par la voie du dialogue entamé par le Gouvernement ukrainien. Nous saluons dans ce contexte la tenue de trois tables rondes organisées par le Gouvernement ukrainien avec l’appui de l’OSCE à Kiev, à Kharkiv et à Mykolaiv. Nous encourageons les autorités ukrainiennes à s’appuyer sur la légitimité du Président nouvellement élu pour poursuivre ce dialogue national avec la population et la société civile de toutes les régions d’Ukraine.

L’adoption le 20 mai par le Parlement ukrainien du Memorandum pour la paix et la concorde qui identifie des priorités en matière de décentralisation et de garanties du respect du statut de la langue russe est un pas important dans la bonne direction. La réalisation rapide des réformes dans le domaine constitutionnel et dans celui de la décentralisation, qui doivent associer toutes les parties, tout en mettant à profit l’expertise du Conseil de l’Europe en la matière, est un élément clé dans ce processus. Les droits des personnes appartenant à des minorités nationales doivent être pleinement respectés, conformément aux normes en vigeur du Conseil de l’Europe.

Monsieur le Président,

Nous réaffirmons notre attachement à la déclaration commune de Genève, faite le 17 avril dernier. Nous saluons le rôle joué par la Mission spéciale d’observation de l’OSCE pour contribuer à la mise en œuvre de cette déclaration, ainsi que les efforts déployés en ce sens par le autorités ukrainiennes. Nous appelons à nouveau la Fédération de Russie à prendre, elle-aussi,  des mesures pour mettre pleinement en œuvre la déclaration commune. Nous appuyons sans réserve les efforts complémentaires de l’OSCE et de son Président en exercice, étant entendu que ce sont les Ukrainiens qui doivent être maîtres du processus. Nous appuyons les bons offices du Secrétaire général des Nations Unies et de son équipe. Nous espérons vivement qu’avec l’appui coordonné et solidaire de la communauté internationale, la tenue de l’élection présidentielle du 25 mai et l’élection d’un nouveau Président disposant d’une légitimité incontestable permettront à l’Ukraine de prendre un nouveau départ et de sortir d’une crise qui n’a que trop duré. Les citoyens de l’Ukraine aspirent à la démocratie, à l’état de droit, à la paix et à la prospérité. Leur choix doit être respecté, comme doivent être respectées la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité et l’indépendance de l’Ukraine.

Je vous remercie.

Back