Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Abyei : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité >

Abyei : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

Publié le lundi 06 mai 2013

SC/10997
AFR/2612
PKO/339

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de mai, M. Kodjo Menan (Togo):

Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus fermes l’attaque perpétrée le 4 mai par des membres de la tribu des Misseriya contre un convoi de la Force intérimaire de sécurité des Nations Unies pour Abyei (FISNUA) et une délégation de la tribu des Dinka Ngok, au cours de laquelle le Chef suprême des Dinka Ngok, Kuol Deng Kuol, et un soldat de la paix éthiopien ont trouvé la mort, et trois autres personnes ont été blessées.  Ils ont adressé leurs condoléances aux familles des victimes, à la communauté des Dinka Ngok, au Gouvernement éthiopien et à la FISNUA.

Les membres du Conseil saluent la rapidité avec laquelle les Présidents Salva Kiir et Omar Al-Bashir et d’autres hauts responsables des deux Gouvernements, ainsi que le Secrétaire général de l’ONU et la Présidente de la Commission de l’Union africaine ont réagi pour calmer la situation.  Ils se sont félicités que le Gouvernement soudanais ait annoncé qu’une enquête sérieuse serait conduite d’urgence, dans les règles et en toute transparence, pour faire la lumière sur cette attaque, et se soit engagé à traduire leurs auteurs en justice.  Ils ont aussi accueilli avec satisfaction les déclarations publiques du Gouvernement sud-soudanais, qui continue à attacher de l’importance à l’action de la FISNUA.

Les membres du Conseil ont renouvelé leur soutien sans réserve à la FISNUA et demandé à toutes les parties présentes à Abyei de faire preuve de la plus grande retenue, de coopérer pleinement avec la mission et d’utiliser les dispositifs qu’elles avaient mis en place pour faciliter l’enquête sur ces actes de violence.  Les membres du Conseil ont souligné qu’il était essentiel que les accords conclus entre le Soudan et le Soudan du Sud soient appliqués dans leur intégralité et sans délai, et que toutes les parties concernées continuent à travailler sans relâche pour convenir des modalités précises de leur accord et en régler les derniers points litigieux, notamment le statut définitif d’Abyei.

Retour