Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Attaques perpétrées contre l'ONU et des civils au Soudan... >

Attaques perpétrées contre l'ONU et des civils au Soudan du Sud : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

Publié le vendredi 18 avril 2014

SC/11389
AFR/2867
PKO/396

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par la Présidente du Conseil de sécurité pour le mois d’avril, Mme Joy Ogwu (Nigéria):

Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés scandalisés par les récentes attaques perpétrées au Soudan du Sud par des groupes armés qui s’en sont pris délibérément à des civils ainsi qu’aux sites et au personnel de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), en particulier par l’attaque du 17 avril contre le complexe de la MINUSS à Bor, qui a fait des dizaines de morts et de blessés dont des personnes cherchant abri et protection auprès de l’ONU, ainsi que par les attaques perpétrées le 14 avril à Bentiu et dans l’Etat de l’Unité.

Les membres du Conseil ont condamné ces actes avec la plus grande fermeté et ont souligné que s’attaquer à des civils et à des soldats de la paix de l’ONU pouvait constituer un crime de guerre.  Ils ont présenté leurs condoléances aux familles des civils blessés et tués lors de ces agressions, ainsi qu’au peuple du Soudan du Sud qui mérite de pouvoir vivre en paix.

Les membres du Conseil ont demandé au Gouvernement du Soudan du Sud de prendre immédiatement les mesures qui s’imposent pour assurer la sécurité de tous les civils et la protection des sites civils par la MINUSS au Soudan du Sud, enquêter sans attendre sur ces actes abominables et traduire leurs auteurs devant la justice.  Ils ont également appelé les deux parties à laisser la MINUSS s’acquitter intégralement de son mandat.

Les membres du Conseil de sécurité ont exprimé leur soutien sans réserve aux soldats de la paix de la MINUSS et ont salué les opérations conduites par les contingents de la Mission à Bor au nom de leur mandat de protection des civils.  Ils ont également demandé à toutes les parties de s’abstenir de tout acte ou déclaration susceptible d’envenimer davantage encore la situation.

Retour