Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Débat conjoint de l'Assemblée générale sur les rapports d... >

Débat conjoint de l'Assemblée générale sur les rapports de la Commission de consolidation de la paix et du Fonds pour la consolidation de la paix

Publié le lundi 19 mars 2012

Dans son intervention devant l’Assemblée générale, l'Ambassadeur Sylvie Lucas s’est félicitée de ce que l’activité de la Commission de consolidation de la paix ces dernières années avait mené à un élargissement de la compréhension du concept de consolidation de la paix, incluant de plus en plus de sujets en relation avec la consolidation de l'Etat. L'inclusion de la Guinée sur l’ordre du jour de la Commission avait de même élargi l'horizon à des situations de transition autres que les transitions post-conflit. Dans ce travail, la volonté politique et l'appropriation par le Gouvernement du pays inscrit à l’ordre du jour de la Commission de consolidation de la paix (CCP) sont une condition nécessaire et doivent aller de pair avec la volonté politique et l'appropriation des pays membres de la Formation. L'Ambassadeur a estimé que les Formations-pays avaient la vocation de devenir de véritables partenariats intergouvernementaux devant mettre le poids politique combiné de leurs membres au service de consolidation de la paix dans les pays en question.

Pour ce qui est de l'organisation des travaux de la CCP et le rôle des structures qui appuient la Commission, le Représentant permanent a estimé que le Bureau d'Appui à la consolidation de la paix devrait se concentrer davantage sur l'appui au Comité d’organisation et aux Formations spécifiques pays. Le Fonds de consolidation de la paix (FCP) devrait conserver sa nature catalytique et continuer de se concentrer sur les pays qui sont à l’ordre du jour de la CCP. Le FCP pourrait utilement piloter des efforts visant à intégrer de manière renforcée une programmation sensible aux conflits et à la consolidation de la paix dans les cadres de coordination des efforts de développement, comme recommandé notamment dans le cadre du New Deal pour l’engagement dans les États fragiles.

En soulignant que le Luxembourg continuera d'appuyer les efforts de tous les partenaires visant à accroître l’impact concret de la CCP, l'Ambassadeur a conclu que cette dernière avait le potentiel de devenir un acteur incontournable au sein des Nations Unies en favorisant l’établissement d’une paix durable dans les pays qui font appel à ses services.

Cliquer ici pour télécharger l'intervention

Retour