Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Débat public du Conseil de sécurité sur la protection des... >

Débat public du Conseil de sécurité sur la protection des journalistes en temps de conflit armé

Publié le mercredi 17 juillet 2013

La Présidence américaine a organisé le 17 juillet 2013 un débat public sur la protection des journalistes en temps de conflit armé dans le cadre plus vaste de la protection des civils. Il s’agissait du premier débat de ce type depuis 2006 et l’adoption de la résolution S/RES/1738 (2006) sur la protection des civils dans les conflits armés, visant à prévenir les actes de violence à l’encontre des journalistes. A côté du Vice-secrétaire général de l'ONU, Jan Eliasson, quatre personnalités issues du monde de la presse ont briefé le Conseil: Richard Engel (NBC), Kathleen Carroll (Associated Press, et Membre du Committee to Protect Journalists), Mustafa Haji Abdinur (Agence France Presse) et Gaith Abdul-Ahad (The Guardian).

Par la nature de leur travail en temps de guerre, les journalistes sont en première ligne des hostilités et, de ce fait, pris pour cibles. Il en résulte qu’ils paient proportionnellement un lourd tribut lors de conflits armés : beaucoup y laissent leur vie, d’autres font l’objet d’intimidations diverses ou sont emprisonnés. Perçus comme des témoins gênants par les parties aux conflits, leur sort laisse généralement les belligérants indifférents. En temps de conflit armé, le droit international humanitaire assimile les journalistes aux civils (Art. 79 du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève) et leur garantit la même protection.

Dans son intervention, l’Ambassadeur Sylvie Lucas a condamné dans les termes les plus fermes toutes les attaques, physiques ou autres, visant de façon délibérée les journalistes, ainsi que toute forme d’intimidation. En même temps, elle a rappelé qu’une condamnation seule ne suffisait pas et qu’il fallait faire en sorte que les journalistes bénéficient en pratique de la protection à laquelle ils ont droit en vertu du droit international humanitaire. L’ambassadeur Lucas a plaidé pour une coopération accrue entre les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et les représentants des médias en vue d’une meilleure protection des journalistes.

Lien vers l'intervention de l'Ambassadeur Lucas

Retour