Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Débat public du Conseil de sécurité sur la situation au M... >

Débat public du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient

Publié le mercredi 24 avril 2013

Le Conseil de sécurité a tenu ce jour son débat public trimestriel sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne. 

Dans son intervention, l'Ambassadeur Sylvie Lucas a averti qu'il existe aujourd’hui une opportunité pour développer une initiative politique sérieuse en vue de parvenir à une solution négociée à deux Etats sur base des frontières de 1967, en citant notamment les ouvertures faites par les autorités israéliennes et palestiniennes. L'Ambassadeur a regretté la démission du Premier ministre de Palestine Salam Fayyad et a confirmé la disponibilité du Luxembourg, ensemble avec ses partenaires de l'UE, de contribuer activement aux efforts de relance du processus de paix, en coopération étroite avec les acteurs clefs, le Quatuor et les pays de la région. Il est urgent d’avancer. Dans le contexte actuel, ne rien faire équivaut en fait à reculer, à régresser.

Concernant la situation en Syrie, l'Ambassadeur Lucas a dénoncé les horreurs vécues par le peuple syrien au quotidien et a souligné l'urgence que la commission d’enquête mise en place par le Secrétaire général puisse se rendre en Syrie, qu’un plein accès lui soit accordé en vue de faire la lumière sur toutes les allégations crédibles d’emploi d’armes chimiques. Elle a rappelé avec force qu'en l’absence d’un processus de responsabilisation crédible au plan national, une saisine de la CPI s’avère indispensable. Avec la Coalition nationale syrienne, la Communauté internationale dispose d’un interlocuteur légitime du côté de l’opposition, qu'il faut appuyer. L'Ambassadeur a touché à la nature transfrontalière du conflit, qu'il n'est plus exagéré de qualifier de menace existentielle pour le Liban et la Jordanie. Le Luxembourg a honoré tous ses engagements en transférant les fonds promis aux agences et programmes onusiens : devant les besoins croissants, le Gouvernement luxembourgeois a décidé de faire une contribution humanitaire supplémentaire d’un million d’euros.

Lien vers l'intervention du Représentant permanent du Luxembourg

Retour