Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Débat public du Conseil de sécurité sur la situation au M... >

Débat public du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient

Publié le lundi 20 janvier 2014

Le Conseil de sécurité a tenu ce jour son débat public trimestriel sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne.

Dans son intervention, le Ministre des Affaires étrangères et européennes Jean Asselborn s’est félicité des efforts des Etats-Unis consacrés à la mise en œuvre de la solution des deux Etats, et de l’engagement infatigable du Secrétaire d’Etat John Kerry sur ce dossier. L’annonce faite le 19 juillet 2013 en vue de la reprise des négociations a constitué un premier jalon important. Pour réussir, le processus de négociations exige un environnement politique favorable, des mesures qui renforcent la confiance mutuelle. Il faut donc cesser les actes unilatéraux qui alimentent la logique de défiance. Il importe désormais que les parties israélienne et palestinienne prennent les décisions difficiles, les décisions historiques pourtant indispensables, conformes à la vision des intérêts à long terme des peuples palestiniens et israéliens.

S’agissant de la crise syrienne, le Luxembourg a rappelé l’objectif premier de la Conférence de Genève sur la Syrie: la fin des hostilités, la fin de toute violence, et le début d’un règlement politique sur la base d’une mise en œuvre pleine et entière du communiqué de Genève du 30 juin 2012, conduisant à la mise en place d’un organe de gouvernement transitoire doté des pleins pouvoirs exécutifs et formé sur la base du consentement mutuel. Il importe, dans ce contexte, que les autorités à Damas permettent enfin au peuple syrien de prendre en main son destin, et qu’elles cessent de rejeter les principes d’une transition politique agréés dans le communiqué de Genève. Le Ministre Asselborn a également plaidé en faveur d’une pleine participation des femmes au processus de transition politique en Syrie.

Face aux horreurs vécues au quotidien par le peuple syrien, le Ministre Asselborn a, une nouvelle fois, demandé que la situation en Syrie soit déférée, par le Conseil de sécurité, à la Cour pénale internationale. Il a, qui plus est, exhorté les autorités syriennes à donner immédiatement suite aux demandes du Conseil de sécurité en assurant des progrès significatifs en termes d’accès humanitaire. A défaut, le Conseil devrait assumer ses responsabilités et adopter une résolution humanitaire.

Le Ministre Asselborn a également évoqué la situation au Liban, en réitérant le message contenu dans la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité du 10 juillet 2013 et dans les nombreuses déclarations à la presse qui ont suivi. Ce message s’adresse à tous ceux qui ont jeté aux oubliettes la déclaration de Baabda, afin qu’ils cessent les activités qui mettent en péril le modèle d’unité dans la diversité que représente le Liban. Le Ministre Asselborn a, enfin, salué l’ouverture, le 16 janvier, devant le Tribunal spécial pour le Liban, du procès par contumace de quatre membres du Hezbollah accusés de l’assassinat en 2005 de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri.

Lien vers l'intervention du Ministre Asselborn

Retour