Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Jean Asselborn à la Conférence d’examen du Traité sur la... >

Jean Asselborn à la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 à New York

Publié le lundi 03 mai 2010

Le Vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Jean Asselborn, a participé le 3 mai à New York à la Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

Dans son discours devant la Conférence, le chef de la diplomatie a fait l’état des lieux des progrès réalisés dans le domaine du désarmement et de la non-prolifération nucléaires, soulignant les divers défis auquel le régime de non-prolifération est confronté, tels que les crises persistantes de prolifération, la menace de voir une arme ou des matières nucléaires ou radiologiques tomber entre des mains terroristes, ainsi que le risque de voir la communauté internationale réagir trop faiblement devant ces défis qui menacent gravement la sécurité internationale.

Le ministre a dit pleinement souscrire à la vision d’un monde sans armes nucléaires, telle qu’esquissée par le Président des Etats-Unis, Barack Obama, et il a salué vivement la conclusion récente du nouvel accord START entre les Etats-Unis et la Russie, encourageant les signataires à ne pas tarder de s’engager pour réduire encore davantage leurs arsenaux nucléaires. M. Asselborn a appelé toutes les puissances nucléaires à poursuivre leurs efforts en matière de désarmement nucléaire.

Le ministre a noté que « notre sécurité est de plus en plus dépendante de celle des autres. La constante recherche de la sécurité au plus bas niveau possible d’armement – qu’il soit conventionnel ou nucléaire - sera une contribution essentielle à la stabilité dans le monde ». Dans ce contexte, il a rappelé l’initiative du Benelux, de l’Allemagne et la Norvège au sein de l’OTAN de lancer un débat afin d’adapter le nouveau « Concept stratégique de l’Alliance » à l’environnement sécuritaire actuel. En outre, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a espéré que des progrès substantiels seront accomplis afin de compléter la ratification du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Pour ce qui est de la non-prolifération nucléaire, le ministre Asselborn a abordé les deux cas particuliers que sont l’Iran et la Corée du Nord, Etats qui « ont ébranlé la confiance de la communauté internationale et portent atteinte à l’intégrité du régime du Traité de non-prolifération ». Il a regretté que l’Iran continue à ignorer la main tendue par la communauté internationale et poursuit des activités nucléaires en violation de cinq résolutions de Conseil de sécurité, refusant de faire toute la transparence sur son programme nucléaire passé et présent, et a insisté sur la nécessité pour l’Iran de respecter ses obligations.

En conclusion, le ministre a réitéré l’importance du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en tant que instrument de sécurité collective. « Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin d’un Traité de non-prolifération fort permettant de prendre des mesures concrètes afin de garantir notre bien commun, à savoir la paix, la sécurité et la stabilité », a relevé le ministre.

En marge de la Conférence d’examen, le chef de la diplomatie luxembourgeoise a rencontré le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, pour un échange de vues sur l’actualité politique internationale ainsi que ses homologues irlandais, Micheál Martin, ukrainien, Konstyantyn Gryshenko, et nigérian, Henry Odein Ajumogobia.

Cliquer pour télécharger le discours du ministre Asselborn.

Retour