Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > La Ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire... >

La Ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire du Luxembourg nommée Présidente du Conseil des Gouverneurs du FIDA

Publié le jeudi 23 février 2012

Les 22 et 23 février 2012, la ministre de la Coopération et de l’Action humanitaire, Marie-Josée Jacobs, a participé, à Rome, à la trente-cinquième session du Conseil des gouverneurs du Fonds international de développement agricole (FIDA).

L’objectif principal du FIDA est d’aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, à accroître leurs revenus et à renforcer leur capacité de résistance.

Nommée présidente du Conseil des gouverneurs pour une durée de deux ans, la ministre a dirigé les travaux de l’organisme de gouvernance le plus élevé du FIDA.

Dans son allocution d’ouverture, Marie-Josée Jacobs a rappelé que « les populations rurales pauvres se voient confrontées à des défis permanents, qui touchent encore plus durement les plus vulnérables et qui relèguent ces populations dans la pauvreté et la misère », soulignant que « le changement climatique et ses répercussions, l’insuffisance et l’insécurité alimentaire, la dépréciation des ressources naturelles, tous ces défis importants fragilisent au quotidien les acquis du développement, demandant des efforts renouvelés et constants ».

Dans ce contexte, la ministre a appelé à redynamiser les investissements dans une agriculture productrice et durable, à soutenir le développement rural et les petits exploitants, plaidant pour un « développement agri-écologique adapté au climat qui contribuerait à atténuer durablement les effets du changement climatique, tout en protégeant l’environnement et la biodiversité ».

La ministre a également tenu à souligner le rôle important que les femmes jouent dans l’agriculture en tant qu’«agents du changement».  

Le Luxembourg soutient l’élaboration de principes communs favorisant la santé économique du secteur agricole et alimentaire. L’objectif premier est d’assurer, sur une base durable, une offre d’aliments sains et nutritifs en quantités suffisantes pour une population mondiale toujours croissante tout en respectant la biodiversité.

Retour