Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Liban : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité >

Liban : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

Publié le jeudi 02 janvier 2014

SC/11239

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de janvier, M. Zeid Ra’ad Zeid al-Hussein (Jordanie):

Les membres du Conseil de sécurité condamnent énergiquement l’attentat terroriste perpétré le 2 janvier 2014 dans le sud de Beyrouth, qui a fait au moins cinq morts et des dizaines de blessés.

Les membres du Conseil adressent leurs condoléances aux familles des victimes et témoignent leur sympathie à tous ceux qui ont été blessés dans cet acte odieux ainsi qu’au peuple et au Gouvernement libanais.

Les membres du Conseil réaffirment que le terrorisme, sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations, constitue l’une des menaces les plus graves contre la paix et la sécurité internationales, et que tout acte de terrorisme est un crime injustifiable, quels qu’en soient les motifs, le lieu, le moment ou les auteurs.

Les membres du Conseil réaffirment en outre qu’il est nécessaire de lutter par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies et de toutes les obligations au titre du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit  international des réfugiés et du droit international humanitaire, contre les menaces que les attentats terroristes font peser sur la paix et la sécurité internationales.

Les membres du Conseil soulignent la nécessité de traduire en justice les auteurs.

Rappelant la déclaration du Président en date du 10 juillet 2013, les membres du Conseil appellent l’ensemble du peuple libanais à préserver l’unité nationale face aux tentatives visant à compromettre la stabilité du pays et soulignent combien il importe que toutes les parties libanaises respectent la politique de dissociation du Liban et s’abstiennent de toute participation à la crise syrienne, conformément à l’engagement qu’elles ont souscrit dans la Déclaration de Baabda.

Retour