Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Mali : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité >

Mali : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

Publié le jeudi 20 juin 2013

SC/11040
AFR/2651 

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin, M. Mark Lyall Grant (Royaume-Uni):

Les membres du Conseil de sécurité se félicitent de la signature à Ouagadougou, le 18 juin 2013, d’un « Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers de paix ouverts à tous au Mali », conclu entre les autorités de transition maliennes, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Haut Conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA).

Les membres du Conseil notent que cet accord réaffirme la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’unité nationale et le caractère laïc de l’État malien, prévoit un cessez-le-feu immédiat, ouvre la voie à la tenue de l’élection présidentielle sur toute l’étendue du territoire et crée un cadre pour mener des pourparlers sans exclusive avec toutes les communautés du nord du Mali, constituant ainsi un pas important vers la paix et la stabilité durables au Mali.

Les membres du Conseil saluent à cet égard les efforts de médiation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) conduits par le Président du Burkina Faso et le Président du Nigéria, avec l’appui du Représentant spécial du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, du Haut-Représentant de l’Union africaine et du Représentant spécial de l’Union européenne.

Les membres du Conseil demandent à tous les signataires de l’Accord d’en appliquer pleinement les dispositions, avec l’appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), de la Mission internationale de soutien au Mali sous conduite africaine (MISMA), de l’Union africaine et de la CEDEAO.

Les membres du Conseil demandent aux groupes armés dans le nord du Mali qui ne sont pas signataires de l’Accord et qui ont rompu tous les liens avec les organisations terroristes de s’engager inconditionnellement à appliquer toutes les dispositions de l’Accord.

Retour