Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Réunion selon la formule Arria sur la participation des f... >

Réunion selon la formule Arria sur la participation des femmes dans la résolution du conflit syrien

Publié le vendredi 17 janvier 2014

Le Luxembourg a organisé ce vendredi 17 janvier 2014, en collaboration avec le Royaume-Uni,  une réunion de format « Arria » sous le titre « La participation des femmes dans la résolution du conflit syrien » afin de sensibiliser le Conseil de sécurité à l’importance d’assurer la participation des femmes syriennes au processus de paix. A moins d’une semaine du début prévu de la conférence de Montreux et de Genève, le moment était opportun de rappeler que le Conseil de sécurité a fait de la participation des femmes aux efforts de médiation et au processus de transition politique un élément central de l’agenda « Femmes et Paix et Sécurité ». Dans son introduction, l’Ambassadeur Sylvie Lucas a déclaré qu’on ne pouvait pas attendre que la paix soit pleinement rétablie, le fondement d’un Etat de droit jeté, les structures administratives restaurées pour considérer les droits des femmes. « Ces droits, a-t-elle souligné, doivent être pris en compte dès le début des processus de médiation et de négociations de paix ».

Trois femmes syriennes, représentant des organisations de la société civile œuvrant en faveur de la promotion de la femme, avaient été invitées à partager avec le Conseil de sécurité leur témoignage sur la situation des femmes en Syrie et à exprimer leurs attentes à l’égard du processus de paix à venir. Les trois femmes syriennes ont ainsi pu informer le Conseil de sécurité de leur participation à la conférence de Genève qui s’est déroulée du 11 au 13 janvier 2014 sous l’égide d’ONU-Femmes, et du document final qui y a été adopté. Sous le titre d’« Initiative des Femmes syriennes pour la Paix et le Démocratie », ce document revendique, entre autres, une participation minimale de 30% de femmes dans toutes les délégations et à toutes les étapes de la gouvernance transitoire. Le document demande également à ce que des experts et des conseillers pour les questions du genre soient inclus dans les équipes de médiation. Enfin, les militantes syriennes ont demandé aux membres du Conseil de sécurité concernés de mentionner la problématique des femmes dans leurs discours d’ouverture lors de la conférence de Genève II, qui doit se tenir le 22 janvier prochain.

Lors de l’échange interactif qui a suivi les présentations des trois panélistes, les membres du Conseil de sécurité ont soutenu les revendications des trois représentantes syriennes quant à l’importance d’inclure des femmes dans les délégations et plus généralement dans le processus de transition politique.

Une conférence de presse a suivi la réunion du Conseil de sécurité.

Retour