Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur... >

Séance d’information publique du Conseil de sécurité sur la situation en Ukraine

Publié le jeudi 28 août 2014

Intervention de M. Olivier Maes Chargé d’affaires a.i., Représentant permanent adjoint du Luxembourg: 

"Monsieur le Président,

Je remercie à mon tour le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques Jeffrey Feltman pour son exposé.

Nous sommes très préoccupés par la grave détérioration de la situation dans les zones contrôlées par les séparatistes dans les régions de Donetsk et de Louhansk, en raison de l’intensification des combats dans ces régions. Nous sommes également très préoccupés par des rapports faisant état d’une reprise des combats dans le sud-est de l’Ukraine, à proximité de la ville de Mariupol, combats lors desquels les séparatistes ont pris le contrôle de la ville de Novoazovsk. 

Monsieur le Président,

Depuis quelques jours, des rapports faisant état d’incursions de troupes régulières et de véhicules militaires russes sur le territoire ukrainien se multiplient. Nous sommes également préoccupés par les rapports de bombardements du territoire ukrainien en provenance de la Russie et des violations de l’espace aérien ukrainien. Toute action militaire unilatérale de la part de la Fédération de Russie en Ukraine, quel qu’en serait le prétexte, y compris humanitaire, constituerait une grave violation du droit international et serait considérée comme telle par la communauté internationale. Nous ne pouvons accepter que la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine soient violées.

La présence de combattants russes parmi les séparatistes, y compris parmi leurs dirigeants, est tout à fait inacceptable et doit être condamnée dans les termes les plus fermes. Elle a été mentionnée notamment dans les différents rapports du Haut-Commissariat aux droits de l’homme sur la situation en Ukraine. Elle a été d’ailleurs reconnue récemment par un leader des séparatistes à Donetsk, qui a expliqué dans un entretien diffusé à la télévision russe que les derniers succès des séparatistes n’auraient pas été possibles sans l’aide de soldats russes.

Nous assistons aujourd’hui à une nouvelle étape dangereuse dans l’escalade de la situation en Ukraine, malgré les proclamations officielles russes en faveur du dialogue et de la désescalade. Nous demandons instamment à la Fédération de Russie de mettre immédiatement fin à toute forme d’activité hostile aux frontières, en particulier à l’afflux d’armes, de conseillers militaires et de personnel armé dans la zone de conflit et de retirer ses forces de la frontière.

Monsieur le Président,

Au regard de la détérioration continue de la situation sur le terrain, la nécessité de trouver une solution politique et durable à cette crise devient de plus en plus pressante. A cet égard, nous saluons les efforts entrepris par le Secrétaire général afin de favoriser le dialogue entre l’Ukraine et la Fédération de Russie, notamment grâce aux missions du Secrétaire général ajoint Jeffrey Feltman dans la région.

Le dialogue entre l’Ukraine et la Russie, initié à Genève et à Berlin, doit être poursuivi afin de rétablir la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous saluons la réunion qui a eu lieu avant-hier à Minsk entre les Présidents de la Fédération de Russie et le Président de l’Ukraine, en présence notamment de l’Union européenne. Nous espérons qu’elle permettra d’aboutir à des résultats concrets et surtout à l’établissement d’une feuille de route basée sur le plan de paix du Président Porochenko. Nous espérons que des consultations entre la Russie et l’Ukraine pour assurer un meilleur contrôle des frontières se tiendront bientôt et que les parties aboutiront à la libération des prisonniers détenus par les groupes armés illégaux.

Les pourparlers trilatéraux initiés par la Présidence en exercice de l’OSCE sont essentiels à cet égard, tout comme le déploiement d’observateurs de l’OSCE aux deux postes frontière de Gukovo et Donetsk sur la frontière russo-ukrainienne. Nous espérons que le mandat de la mission pourra être élargi pour qu’elle puisse contribuer à un contrôle efficace, global et bilatéral de la frontière russo-ukrainienne. La sécurisation de cette frontière est essentielle pour le rétablissement de la paix puisqu’elle pemettra de faire cesser le flux d’armes et d’armements au profit des séparatistes.

Monsieur le Président,

La solution à la crise ukrainienne ne peut être que politique. La Fédération de Russie doit être partie intégrante des efforts en vue de trouver cette solution politique, au lieu de continuer à attiser ce conflit qui date d’une autre époque.

Je vous remercie."

Retour