Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Soudan du Sud : Déclaration à la presse du Conseil de séc... >

Soudan du Sud : Déclaration à la presse du Conseil de sécurité

Publié le vendredi 10 janvier 2014

SC/11244
AFR/2792

On trouvera ci-après le texte de la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de janvier, M. Zeid Ra’ad Zeid al-Hussein (Jordanie):

Le 9 janvier, les membres du Conseil de sécurité ont entendu des exposés sur la situation au Soudan et au Soudan du Sud, présentés par Hervé Ladsous, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hilde Johnson, Représentante spéciale du Secrétaire général et Chef de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), et Haïle Menkerios, Envoyé spécial du Secrétaire général pour le Soudan et le Soudan du Sud.

Les membres du Conseil réaffirment tout leur appui aux efforts de médiation menés par l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) et se félicitent de la désignation de son équipe de médiation présidée par l’Ambassadeur Seyoum Mesfin (Éthiopie) dans le cadre de la recherche d’un règlement pacifique à la crise au Soudan du Sud.  Ils accueillent avec intérêt la déclaration de l’IGAD en date du 8 janvier reflétant le soutien des détenus politiques en faveur de pourparlers portant sur la cessation sans condition des hostilités et leur position selon laquelle leur détention ne devrait pas constituer un obstacle à la conclusion d’un accord sur l’arrêt des hostilités.

Les membres du Conseil soulignent qu’ils exigent du Président Salva Kiir, de l’ancien Vice-Président Riek Machar et d’autres responsables politiques qu’ils fassent preuve d’esprit d’initiative en acceptant immédiatement de mettre un terme aux hostilités et d’entamer un dialogue élargi comme l’a proposé l’IGAD à Addis-Abeba dans le cadre des efforts de médiation en cours.  Ils invitent M. Machar, en particulier, à aller de l’avant et à accepter une cessation des hostilités sans conditions préalables.  Ils demandent au Gouvernement de la République du Soudan du Sud, en particulier au Président Kiir, de libérer tous les prisonniers politiques actuellement détenus en vue d’instaurer un climat propice à la réussite du dialogue.

Les membres du Conseil exigent qu’il soit immédiatement mis fin à toutes les violations des droits de l’homme et à toutes les exactions et souligne que leurs auteurs devront répondre de leurs actes.  Ils notent avec intérêt les importants efforts que déploie la MINUSS pour surveiller les violations des droits de l’homme et les exactions commises, les vérifier, les signaler et mener des enquêtes à leur sujet, et l’encouragent dans ce sens.  Ils saluent également la décision prise le 30 décembre 2013 par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine d’établir une commission d’enquête chargée d’assurer le respect du principe de responsabilité et d’aider à effacer les séquelles du conflit et à promouvoir la réconciliation entre toutes les communautés sud-soudanaises.

Les membres du Conseil prennent acte du communiqué du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine en date du 30 décembre 2013, par lequel ce dernier exprime son intention de prendre toutes les mesures qui s’imposent contre tous ceux qui incitent les populations à la violence, fragilisent le mandat de protection de la MINUSS et se livrent à des actes de violence contre des civils et des combattants non armés.

Les membres du Conseil renouvellent l’appel qu’ils ont lancé aux parties pour qu’elles: 1) mettent un terme à la violence et aux hostilités, 2) protègent les civils, y compris les ressortissants étrangers et le personnel des Nations Unies, 3) assurent l’accès à l’aide humanitaire, et 4) garantissent la sécurité des infrastructures économiques, y compris des installations pétrolières et la sûreté des employés.

Les membres du Conseil découragent vivement aussi toute intervention extérieure de nature à exacerber les tensions militaires et politiques.

Les membres du Conseil réaffirment tout leur soutien aux dirigeants et au personnel de la MINUSS pour le travail vital qu’ils accomplissent et félicitent les États Membres qui continuent de réagir promptement aux demandes formulées par l’ONU en faveur du renforcement de la MINUSS.  À cet égard, ils soulignent qu’il importe de procéder rapidement au relèvement de ses effectifs autorisé par la résolution 2132 (2013) du Conseil et invitent toutes les parties à appuyer et à faciliter cette augmentation.  Ils condamnent en outre les actes d’obstruction des opérations de la MINUSS observés notamment par voie terrestre, aérienne et maritime et exigent de nouveau que ces incidents ne se reproduisent plus et que toutes les parties coopèrent pleinement avec la MINUSS dans le cadre de ses opérations.

Retour