Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Violence sexuelle liée aux conflits : débat public du Con... >

Violence sexuelle liée aux conflits : débat public du Conseil de sécurité

Publié le mercredi 17 avril 2013

Sous la présidence de la Ministre des Affaires étrangères du Rwanda S.E. Mme Louise Mushikiwabo, le Conseil de sécurité a tenu un débat public sur le thème de la violence sexuelle liée aux conflits, lors de laquelle le Secrétaire général Ban Ki-Moon a présenté son deuxième rapport annuel sur la violence sexuelle liée aux conflits. La Représentante spéciale du Secrétaire général pour la violence sexuelle dans les conflits, Mme Zainab Hawa Bangura et Mme Saran Keita Diakité du Réseau paix et sécurité pour les femmes dans l'espace CEDEAO du Mali ont également briefé le Conseil.

Dans son intervention au Conseil, l’Ambassadeur Sylvie Lucas a constaté que la violence sexuelle en temps de conflit n’épargne personne, touchant aussi bien les adultes que les enfants, les femmes aussi bien que les hommes. Afin d’assurer que le Conseil soit pleinement informé, l’Ambassadeur a souligné l’importance de mettre en place des mécanismes de suivi, d’analyse et de communication de l’information dans les missions de maintien de la paix et les missions politiques et de prévoir le déploiement d’un nombre suffisant de conseillers pour la protection des femmes.

Une fois les auteurs des violences sexuelles identifiés, le Conseil devrait avoir recours de manière plus systématique à l’adoption de mesures ciblées pour accroître la pression sur les responsables afin qu’ils puissent être déférés devant les juridictions compétentes – en premier lieu nationales – et jugés : la pratique établie par le Comité 1533 concernant la République démocratique du Congo est à suivre.

L’Ambassadeur Lucas a conclu en partageant son espoir que les exposés présentés au Conseil par la Représentante spéciale au sujet de situations particulières, telle la Syrie, ainsi que les discussions que le Conseil mènera au cours des mois à venir sur ce thème, permettront de déboucher sur des résultats concrets. En termes de suivi, le Luxembourg recommande d’envisager la mise en place d’un système permettant de mieux surveiller la mise en œuvre des engagements pris en matière de lutte contre la violence sexuelle par les parties à un conflit, en application de la résolution 1960 .

Lien vers la déclaration de S.E. Mme Sylvie Lucas, Représentant permanent du Luxembourg auprès des Nations Unies

Lien vers le rapport du Secrétaire général sur la violence sexuelle liée aux conflits

Retour