Advanced search

RP New York > News > Débat public du Conseil de sécurité - Les femmes et la pa... >

Débat public du Conseil de sécurité - Les femmes et la paix et la sécurité : Promouvoir la mise en œuvre de l’agenda « Femmes et paix et sécurité » à travers l’autonomisation politique et économique des femmes

Published Thursday October 25 2018

New York, le 25 octobre 2018

 

Intervention de S.E. M. Christian Braun, Représentant permanent du Luxembourg

 

 

Monsieur le Président,

 

Je remercie le Secrétaire général ainsi que les intervenants qui ont enrichi ce débat. Nos remerciements vont également à la Bolivie pour avoir organisé ce débat sous sa Présidence du Conseil de sécurité.

L’approche du 20e anniversaire de la résolution 1325 présente une opportunité de mettre en valeur et d’évaluer les progrès réalisés depuis son adoption en 2000. Or, l’on regrettera cependant des retards de mise en œuvre, et la pérennisation d’un large éventail d’obstacles structurels et systémiques à la pleine réalisation des droits des femmes et à leur autonomisation politique, économique et sociale.

Cette année, le groupe informel d’experts du Conseil de sécurité sur les femmes et la paix et la sécurité a mis en évidence une série d’entraves à la participation effective des femmes aux processus de paix et de sécurité. Il s’agit notamment du fait que les droits économiques, sociaux et culturels des femmes ne sont pas garantis de manière suffisante ; de la faible participation politique des femmes ; de la pauvreté qu’elles continuent à subir ; tout comme des nombreux cas de violences sexuelles et sexistes. Des préjugés misogynes et la discrimination institutionnalisée continuent de faire obstacle à une paix durable.

Il nous incombe à tous d’appuyer de manière prioritaire les droits des femmes et des filles et de promouvoir l’égalité des sexes, pour permettre une mise en œuvre effective de l’agenda « Femmes et paix et sécurité ». A cet égard, le Luxembourg souscrit pleinement à la déclaration de l’Union européenne, et contribuera à la mise en œuvre des engagements qu’elle a présentés.

 

Monsieur le Président,

Cette année, le Gouvernement luxembourgeois a adopté son premier Plan d’Action « Femmes et paix et sécurité » pour la mise en œuvre de la résolution 1325.

Notre Plan d’action porte sur une durée de cinq ans et fixe des objectifs aux niveaux national et international dans quatre domaines :

(I) la participation égalitaire des femmes et des hommes à tous les niveaux des processus de paix, et de sécurité,

(II) la prévention et

(III) la protection contre les violences sexuelles et basées sur le genre, le secours et le redressement, et

(IV) la promotion de l’agenda « Femmes et paix et sécurité ».

Le Plan d’action concerne l’ensemble du gouvernement, touchant notre action extérieure dans les domaines de la diplomatie, de la défense et du développement, et la justice, l’accueil des réfugiés, la santé et la sécurité intérieure au niveau national.

Le Luxembourg soutiendra la participation des femmes à la prise de décision dans des questions de paix et de sécurité, y compris dans les organisations internationales, et leur participation renforcée aux opérations de maintien de la paix et aux missions d’observation électorale. Le gouvernement vise également à renforcer les formations de pré-déploiement pour le personnel militaire et civil, en formant notamment des conseillers et experts en matière de genre.

Le Plan d’action « Femmes et paix et sécurité » est complémentaire à notre Plan national « Egalité » qui promeut l’égalité femmes-hommes dans la prise de décision et dans l’emploi, et qui préconise l’intégration de la dimension du genre dans l’ensemble des politiques du gouvernement. Nous poursuivons également une stratégie de prise en compte systématique de questions de genre dans le cadre de notre aide publique au développement, qui s’élève à 1% de notre RNB.

Le Luxembourg soutient l’action de l’ONU pour la mise en œuvre de la résolution 1325. Je voudrais rappeler ici notre soutien au Département des opérations de maintien de la paix, et au partenariat entre Justice Rapid Response, ONU-Femmes et l’Institut pour les enquêtes criminelles internationales. Le Luxembourg est l’un des 20 principaux contributeurs d’ONU-Femmes en chiffres absolus. Je voudrais également souligner notre appui au travail de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée des violences sexuelles en période de conflits, Madame Pramila Patten, ainsi que nos contributions au Fonds d’affectation spéciale en faveur des victimes d’exploitation et d’atteintes sexuelles.

Enfin, je voudrais vous informer de ce que fin mars 2019, Son Altesse Royale la Grande-Duchesse de Luxembourg organisera une Conférence internationale à Luxembourg pour renforcer l’appui aux survivantes de violences sexuelles et contribuer à l’objectif de mettre fin aux violences sexuelles dans les zones sensibles.

 

Monsieur le Président,

Nous savons que l’égalité des sexes est une condition indispensable à la paix et au développement durable. Chaque Etat, chaque organisation régionale et internationale, a son rôle à jouer pour faire avancer le rôle des femmes dans l’intérêt de la paix et de la sécurité. Ce n’est qu’ainsi, en redoublant d’efforts pour mettre un terme aux discriminations à l’encontre des femmes en temps de guerre comme en temps de paix, que nous réussirons à faire avancer la paix et la sécurité.

 

Je vous remercie.

Back