Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale pour commémorer le 75ème anniversaire de l’Organisation des Nations Unies

Réunion de haut niveau de l’Assemblée générale pour commémorer le 75ème anniversaire de l’Organisation des Nations Unies

 

« L’avenir que nous voulons, l’ONU qu’il nous faut : réaffirmons notre attachement collectif au multilatéralisme »

 

New York, le 21 septembre 2020

Intervention de S.E. Monsieur Xavier Bettel, 

Premier ministre, Ministre d’État du Grand-Duché de Luxembourg

 

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

Les circonstances particulières qui entourent le 75e anniversaire des Nations Unies nous rappellent à quel point notre monde est profondément un à défaut d’être toujours uni. Nos pays ont tous été touchés par la pandémie de COVID-19. Nos citoyens ont les mêmes incertitudes et les mêmes craintes ; ils partagent aussi le même espoir que leurs gouvernements sauront coopérer pour trouver un remède à ce fléau mondial.

L’ONU est un enfant de la guerre. Sa fondation, en 1945, devait empêcher les atrocités des conflits mondiaux de se reproduire. 25 ans plus tôt, la Société des Nations avait été fondée avec le même objectif, mais elle n’a pas été en mesure de s’opposer au bellicisme des dirigeants nationalistes. Nous savons où leur folie nous a menés. Ne commettons pas les mêmes erreurs.

Aujourd’hui, nous devons renforcer les domaines d’action prioritaires de l’ONU. En premier lieu, la paix et la sécurité : trop de conflits continuent à faire des victimes par centaines de milliers. Et trop souvent, le Conseil de sécurité n’arrive pas à se mettre d’accord pour prévenir ou régler ces conflits. Ensuite les droits de l’homme : il faut redoubler d’efforts pour protéger les droits humains, alors que des millions d’individus sont soumis à des discriminations en tous genres, emprisonnés, torturés, tués. Enfin le développement, pierre angulaire d’un monde plus juste : pour mieux répartir ses bienfaits, nous devons résolument mettre en œuvre l’Agenda 2030.

A ces trois défis est venue s’ajouter l’urgence climatique dont l’impact grandissant sur la vie de nos citoyens et notre environnement est évident.

Tous ces défis sont liés. Nous ne parviendrons à les relever qu’en joignant nos forces, nos ressources et nos volontés. Même s’il peut paraître lent par moments et si nous devons continuer de le rendre plus efficace, il n’y a pas d’alternative au multilatéralisme.

En tant que pays ayant subi la guerre et la loi du plus fort, le Luxembourg s’est toujours engagé en faveur du multilatéralisme et de la règle de droit. C’est la raison pour laquelle nous avons été parmi les membres fondateurs de l’ONU.

Au cours des dernières décennies, nous avons assumé nos responsabilités à l’ONU : que ce soit en présidant l’Assemblée générale et le Conseil économique et social ou en siégeant au Conseil de sécurité. Nous espérons poursuivre notre engagement en siégeant bientôt au Conseil des droits de l’homme.

Nous ne sommes pas maîtres de l’avenir, mais nous serons à la hauteur des enjeux si nous agissons ensemble, en coopérant de bonne foi au sein des Nations Unies.

Je vous remercie.

Last update