Recherche avancée

New York - Représentation permanente du Luxembourg auprès des Nations Unies > News > Conférence de haut niveau sur le Fonds central pour les i... >

Conférence de haut niveau sur le Fonds central pour les interventions d’urgence (CERF)

Publié le vendredi 07 décembre 2018

New York, le 7 décembre 2018

 

Intervention de S.E. M. Christian Braun

Ambassadeur, Représentant permanent du Luxembourg

 

 

Monsieur le Secrétaire général adjoint,

Excellences, Chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

 

Les besoins humanitaires dans le monde ont atteint un niveau sans précédent et ne cessent d'augmenter. Il est dès lors, plus que jamais, indispensable, pour nous, bailleurs de fonds, d’adopter des mesures en amont des crises. Ces actions anticipées sont nécessaires pour pouvoir réduire les pertes de vies humaines, préserver leur dignité et limiter les souffrances humanitaires.

Le CERF permet un déboursement rapide et efficace des fonds humanitaires. Mon pays contribue au Fonds depuis sa création en 2006 et maintiendra son soutien à l’avenir.

En ligne avec les engagements pris lors du Sommet Humanitaire Mondial et les objectifs du Grand Bargain, le Luxembourg a conclu un premier partenariat biennal avec le Fonds portant sur les années 2017 et 2018. Nous comptons reconduire cette bonne pratique l’année prochaine.

Sous réserve de l’approbation du budget de 2019 par notre Parlement, fraichement élu,  je suis en mesure d’annoncer que nous augmenterons notre soutien au Fonds à travers une contribution annuelle de 5 millions d’Euro au CERF pour 2019.

 

Monsieur le Secrétaire général adjoint,

Notre soutien au CERF est le signe de notre engagement en faveur du renforcement du système humanitaire international et l’expression de notre reconnaissance pour le travail exceptionnel que les acteurs humanitaires accomplissent dans le monde entier.

          Mon pays est et continuera à être un partenaire fiable du CERF. Le rôle du Fonds demeure incontournable, en particulier dans le contexte des crises sous-financées et crises dites « oubliées ». 

 

Je vous remercie.

Retour