Réunion de haut niveau des Nations Unies sur le vingt-cinquième anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes (Beijing +25)

Réunion de haut niveau des Nations Unies sur le vingt-cinquième anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes (Beijing +25)

 

« Accélérer la réalisation de l’égalité femmes-hommes et l’avancement de toutes les femmes et les filles »

 

New York, le 1er octobre 2020

Intervention de S.E. M. Jean Asselborn

Ministre des Affaires étrangères et européennes du Grand-Duché de Luxembourg

 

Monsieur le Président,

Monsieur le Secrétaire général,

 

Nous rendons hommage aujourd’hui aux femmes visionnaires qui ont élaboré, il y a 25 ans, la Déclaration et le Programme d’action de Beijing, ainsi qu’aux femmes et aux hommes qui travaillent tous les jours à leur mise en œuvre.

Au Luxembourg, l’égalité entre femmes et hommes est une valeur fondamentale et vécue de notre société. L’égalité en droits et en devoirs des femmes et des hommes est garantie par la Constitution et par les lois de l’État. Notre gouvernement continue d’œuvrer pour réaliser l’égalité dans la vie de tous les jours. Education, marché du travail, vie sociale et politique, vie privée : un plan d’action national adopté en 2020 préconise 99 actions pour une répartition équitable des responsabilités. Notre Ministère de l’Égalité entre les femmes et les hommes, le « MEGA », fête également ses 25 ans cette année.

La pandémie de COVID-19 nous a rappelé que l’égalité dans la vie quotidienne n’est pas encore atteinte, ni chez nous, ni ailleurs. Pour les nombreuses femmes qui mènent de front vie professionnelle et vie familiale, l’enseignement à domicile a encore compliqué la tâche. Dans beaucoup de pays, les mesures de confinement se sont traduites par une augmentation malheureusement du nombre de cas de violence domestique.

Partout au monde, les femmes et les filles sont les cibles d’un sexisme de tous les jours : elles souffrent davantage des conflits, des effets néfastes du changement climatique et des inégalités socio-économiques. Même l’internet n’est pas un espace sûr.

Mais il ne faut pas se résigner. Le Luxembourg a fait le choix en 2018 de mettre en œuvre une politique étrangère féministe. Nous mettons en œuvre notre plan d’action national « femmes et paix et sécurité » pour la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité. Nous préconisons l’approche multilatérale, coopérative et légale pour contrer la misogynie et les violences sexuelles et sexistes, pour réaliser le droit à l’éducation des femmes et promouvoir leur santé et leurs droits sexuels et reproductifs. Nous sommes l’un des principaux donateurs à ONU Femmes et à UNFPA.

Nous encourageons tous les États à ratifier la Convention 190 de l’Organisation internationale du Travail et la Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe. La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes et son Comité, de même que les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme assurent la protection, au jour le jour, des droits des femmes.

 

A 25 ans d’intervalle, résonne toujours le vibrant appel lancé à Beijing :

« Human rights are women’s rights… and women’s rights are human rights. »

 

Cette affirmation, si évidente en apparence, l’est hélas trop peu encore dans les faits. A nous de saisir l’occasion de cette date anniversaire pour réaffirmer notre engagement en faveur de l’égalité des sexes et faire en sorte que les droits des femmes soient – enfin – pleinement réalisés.

 

Je vous remercie.

Dernière mise à jour