Intervention du Représentant Permanent du Luxembourg, Christian Braun - La situation au Moyen-Orient – Question de Palestine

New York, le 20 mai 2021

Monsieur le Vice-Président, Madame la Secrétaire générale adjointe, Excellences,

Le Luxembourg se rallie à la déclaration faite par la délégation de l’Union européenne.

Nous sommes extrêmement préoccupés par la récente escalade de la violence et des troubles civils en Israël et dans les Territoires palestiniens occupés.

Nous condamnons les tirs du Hamas et d’autres groupes terroristes contre Israël qui ont déjà coûté la vie à douze personnes. Ces tirs sont inacceptables et doivent cesser immédiatement.

Nous ne mettons pas en cause le droit d’Israël de se défendre. Nous insistons fermement sur le principe de la proportionnalité et du respect du droit international humanitaire, en assurant la protection des civils et surtout la protection des enfants. Ces principes sont cruciaux et non-négociables.

A Gaza, au moins 64 enfants ont déjà perdu leur vie lors des récents bombardements, une réalité qui est intolérable. Dans ce contexte, nous rappelons l’adoption à unanimité par le Conseil de sécurité le 7 mars 2014 sous présidence luxembourgeoise de la résolution 2143 sur les enfants et les conflits armés. Celle-ci vise à une meilleure protection des enfants dans les conflits et à tenir responsable ceux qui commettent des violations et des atteintes contre les enfants en vertu du droit international. C’est dans ce sens que nous soutenons l’appel de l’UNICEF à agir en faveur de la protection des enfants.

Au vu de la gravité de la situation actuelle il était urgent et indispensable d’œuvrer à un cessez-le-feu immédiat et de garantir l’accès de l’aide humanitaire. Il fallait surtout mettre fin au cycle des violences. Grâce aux efforts internationaux, du Secrétaire-général mais aussi de certains Etats membres, dont des voisins, nous pouvons nous féliciter cet après-midi de l’annonce d’un cessez-le-feu. Nous espérons qu’il sera respecté et qu’il sera de nature à préparer le terrain pour la reprise de pourparlers politiques en vue du règlement du conflit. Une reprise des efforts diplomatiques du Quartet sera plus qu’utile dans ce contexte de même que les mobilisations autour d’autres initiatives rappelées à cette tribune aujourd’hui.

Nous tenons à souligner que la récente escalade des violences n’est pas survenue du jour au lendemain, bien au contraire : déjà depuis 1967, la région souffre de l’occupation israélienne. Depuis quelques années, la solution à deux États, avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de la Palestine, est systématiquement remise en cause par la politique de colonisation israélienne, y compris les démolitions et les déplacements forcés.

Les événements qui se sont enchaînés ces dernières semaines – le report des élections palestiniennes, surtout la menace d’éviction de familles palestiniennes qui vivent depuis des générations à Sheikh Jarrah, et la violence contre les fidèles à Haram al-Sharif pendant le Ramadan – ont confirmé que la solution à deux États est plus que jamais en danger.

Le Luxembourg est et a toujours été un fervent défenseur de la solution à deux États. Toutefois, la réalité aujourd’hui est très éloignée de cet objectif. C’est pour cette raison que nous devons nous concentrer sur les droits des Palestiniens et nous attaquer à l’inégalité structurelle qui sépare les Israéliens et les Palestiniens.

Je vous remercie pour votre attention.

Dernière mise à jour